Michel KOEHLER COIFFEUR
4, rue de l'Eglise
67110 Reichshoffen
Tél:
03 88 09 08 75

Michel Koehler
Champion de France et MOFen 1996
avec ses enfants coiffeurs Philippe et Antoine
une histoire professionnelle prestigieuse

 

Horaires d'ouverture à Reichshoffen
Lundi : 13h30 à 18h30
Mardi : 8h00 à 11h30 et 13h00 à 18h30
Mercredi : 8h00 à 11h30 et 13h00 à 18h30
Jeudi : 8h00 à 11h30 et 13h00 à 20h00
Vendredi : 8h00 à 19h00
Samedi : 7h00 à 16h30

 

Antoine Koehler à la une des DNA du 20 déc 2014, "l'or des métiers"
Antoine Koehler à la une des DNA du 20 déc 2014

 Philippe Koehler  trophée en OR – Commerçant de l’Année 2014
& Florence Fouquet – Partenaire GDF Suez
 

La soirée des Trophées Commerce Mag’ 2014 s’est déroulée
le Lundi 13 Octobre à l’Aquarium de Paris

Les Trophées Commerce Mag’ sont une manifestation professionnelle organisée par la rédaction de Commerce Magazine. L’objectif est de mettre en lumière les meilleures initiatives de commerçants et associations de commerçants, tout en favorisant les échanges et le networking entre professionnels lors d’une grande soirée de remise des prix.

 

L’or pour Antoine Koehler
Olympiades des métiers à Leipzig.

Antoine Koehler a remporté ce dimanche soir 7 juillet 2013
une médaille d’or aux finales internationales des
Olympiades des métiers à Leipzig
 

 
 

Olympiades des métiers : l'or pour Antoine Koehler
DNA publiée le 21/07/2013 à 05:00 | Vu 28 fois
Reichshoffen Olympiades des métiers : l'or pour Antoine Koehler -


À seulement 21 ans, le Reichshoffenois Antoine Koehler est devenu champion du monde aux Olympiades des métiers, la «Worldskills International» le 7 juillet dernier à Leipzig.
Comme son frère aîné Philippe, champion du monde dix ans plus tôt à Saint-Gall en Suisse, Antoine Koehler, l'unique candidat représentant la France est monté sur la plus haute marche du podium.
Cette superbe distinction qui couronne le jeune coiffeur de la cité des Cuirassiers, ville dans laquelle son père Michel tient depuis des décennies un salon de coiffure en face de la place de l'Église, n'est pas le fruit du hasard. C'est la récompense de presque deux années de travail acharné, de préparation, de stages dans d'autres pays européens, d'entraînement conjoint avec des finalistes d'autres pays afin d'échanger techniques et tendances à l'échelle mondiale (lire les DNA du 27 avril) et de sacrifices.
Antoine s'est plongé dans sa passion tous les jours de la semaine, y compris les dimanches, dans le salon paternel, pour finalement obtenir cette médaille d'or dans la catégorie « Hairdressing », devant trois redoutables candidates : une Chinoise, une Sud-coréenne et une Suédoise.
Antoine Koehler avait déjà plusieurs titres mondiaux à son actif et les 21 heures de compétition de Leipzig, face aux meilleurs mondiaux, n'ont fait que confirmer son immense talent et sa charmante modestie. 

 

Philippe Koehler, est coiffeur créateur passionné de compétition
Michel avec son fils Philippe
www.koehlercoiffeur.com                                             http://koehlerphilippe.com/ 

Philippe Koehler, est coiffeur créateur passionné de compétition
avec 9 titres internationaux dont 2 titres de champion d'Europe
Médaille de Bronze par Equipe catégorie Séniors Dames aux Championnats du Monde de Moscou 2006
A l’origine de la création  des coiffures des acteurs du « Roi Soleil »
Médaille d’Argent à Athènes 2006
Champion d’Europe à Francfort 2005
3ème par Equipe Junior aux Championnats du Monde à Milan 2004
Médaille d’Or Rose d’Or à Paris 2004
Médaille d’Or à Nuremberg 2004
Médaille d’Or à Vienne 2004
Médaille d’Or à Milan 2003
médaille d’or 37èmes Olympiades des Métiers à St Gall-2003
Médaille d’Or à la Coupe d’Europe 2003
Médaille d’Or aux Olympiades des Métiers
Médaille de Bronze par Equipe à Las Vegas 2002

 

Michel Koehler coiffeur à l'oeuvre
Michel le patron et le Maître

 
Annie, la soeur.

 
Antoine Koehler, un fils.

 

Dernières Nouvelles d'Alsace du Ven 19 juin 2009

Antoine Koehler  Champion d'Europe

A 16 ans, Antoine Koehler incarne la troisième génération de coiffeurs dans la famille. En deuxième année de CAP, il est déjà champion d'Europe en individuel et par équipe, avec Angélique Frank, du salon Coiffure Marcel de Haguenau. Arrivé premier dans l'épreuve « Création technique », son brushing lui a rapporté suffisamment de points pour dépasser la concurrence en ce début du mois de juin à Athènes, en Grèce. Dans un an, il espère se présenter aux championnats du monde.

H.K
 

 

 


Antoine sacré champion d'Europe

A bientôt 18 ans, Antoine Koehler a été sacré champion d'Europe de coiffure à Moscou en février dernier. Il suit ainsi l'exemple de ses aînés. Saga familiale des as du ciseau.

 Chez les Koehler, à Reichshoffen, on est coiffeur de père en fils, et même, de grand-père en petit-fils. Charles Koehler a ouvert son salon en 1946 au 4, rue de l'Eglise. Son fils Michel, meilleur ouvrier de France, reprend, transforme et agrandit le salon en 1987.
 Le premier petit-fils, Philippe, 26 ans, ouvre une boutique à Haguenau et, depuis quelques années, s'est expatrié aux Etats-Unis où il tient une enseigne à Miami, en Floride. Quant à Antoine, le plus jeune qui aura 18 ans en août prochain, il a pris le même chemin que son aîné. Depuis trois ans il apprend le métier et, actuellement, fréquente le centre de formation André Siegfried de Haguenau en 1e année de brevet professionnel.

Concours internationaux

 Depuis que le jeune figaro manie les ciseaux et le sèche-cheveux, l'envie de participer à des concours le démange. C'est ainsi qu'il devient champion de France au Grand prix international de Paris en 2008, champion d'Europe à Athènes en 2009, et la même année, remporte une nouvelle fois le Grand prix international de France à Paris. Dernièrement, le 28 février, Antoine est sacré champion d'Europe à Moscou, où le concours s'est déroulé dans l'enceinte du Kremlin.
 Mais les résultats obtenus par Antoine ne viennent pas simplement en claquant des doigts. Les coiffures qu'il présente aux concours demandent des heures, des semaines, voire des mois de préparation et d'entraînement. « Je travaille la coupe de cheveux pendant 3 à 4 semaines. Ensuite vient la coloration qui demande également beaucoup de soins, puis la mise en forme de la coiffure. Je dois sans cesse améliorer mon travail pour obtenir la perfection », souligne Antoine. « Il travaille parfois jusqu'à 4 heures du matin pour trouver la coloration adéquat », souffle son père, Michel Koehler.

 Comme pour un concours de patinage artistique, le jury décerne deux notes pour les « imposés » et les « libres ». La première note revient à la coiffure technique créative et la deuxième à la coiffure du soir, où le candidat ajoute plusieurs postiches pour embellir l'ensemble.

Championnats du Monde

 Antoine est rentré à 16 ans dans l'équipe de France de coiffure à Paris. Il s'y rend une fois par mois pour présenter les modèles qu'il crée. Grâce à son palmarès et à sa notoriété, les coiffures d'Antoine servent d'exemples et sont retravaillées par ses collègues. Son prochain objectif sont les championnats du Monde qui auront lieu à Paris en novembre 2010.
 Mais tout ce palmarès ne monte pas à la tête d'Antoine qui reste un jeune homme discret, aimant son métier qu'il veut encore et toujours améliorer. Il avoue d'ailleurs prendre goût à la pression qui précède les affrontements de haut niveau. Antoine est aussi un jeune qui aime s'amuser et quand il délaisse ses brosses, ses ciseaux et ses peignes, il sort en boite avec ses amis.

Dernières Nouvelles d'Alsace Édition du Ven 19 mars 2010

 

 
Dernières Nouvelles d'Alsace Édition du Ven 25 sept. 2009

La french touch de Philippe Koehler

Un an et demi après avoir ouvert un salon de coiffure aux États-Unis, Philippe Koehler fait le point sur son aventure américaine. Après une « grosse remise en question », il poursuit sa route entre Haguenau et Miami.

A Miami, tout près de la seconde université de la ville, un salon de coiffure porte le nom de « Philippe Koehler International salon ' spa ». Un institut de 300 m² dévolu à la coiffure et aux soins du corps, comme la majorité des établissements américains.

" La clientèle est exigeante, mais de manière différente qu'en France "

 Philippe Koehler démarre sa profession de coiffeur dans le salon de son père à Reichshoffen. Rapidement, il ouvre sa propre enseigne à Haguenau, en 2004. « Nous avons démarré à quatre et aujourd'hui, nous sommes à dix personnes. Mais la marge de progression s'amenuisait et j'avais envie d'autre chose », se souvient le jeune homme aujourd'hui âgé de 25 ans.
 Grâce à une opportunité, il ouvre un salon de coiffure à Miami en avril 2009, en même temps qu'un salon d'esthétique. « En Amérique, peu de salon ne font pas spa. C'est une obligation pour répondre à la demande de la clientèle », explique Philippe qui se rend rapidement compte de la différence culturelle entre les deux pays.
 « Mon salon à Miami est une véritable usine, car il faut que ça aille vite. Là-bas, le temps c'est de l'argent et la clientèle est exigeante, mais de manière différente qu'en France », analyse-t-il.
 Si les Françaises recherchent du style, les Américaines veulent du service et une coupe facile à coiffer le matin : « Il faut que ça soit "easy" pour les Américains », résume Philippe qui a été obligé de se remettre en cause. « Les recettes qui fonctionnent ici, ne marchent pas là-bas : le service doit être irréprochable, sans temps d'attente. Il faut toujours proposer quelque chose de neuf ».
 Philippe Koehler met en avant sa french touch : une manière de travailler à la française, utilise des produits hexagonaux et propose même une gamme de parfums. D'ailleurs, il ne dit pas « hello ! » à ses clientes américaines, mais « Bonjour ! ».
 « Au début, j'ai essuyé des critiques, c'est un sport national aux États-Unis, puis je me suis remis en question. J'étais une pièce d'un puzzle qui ne rentre pas dans le moule. J'ai essayé de m'adapter sans perdre ma personnalité ».

" Le plus dur, c'est de ne jamais s'arrêter : là-bas, on travaille sept jours sur sept "

 Et le pari semble gagné, puisque Philippe a fait décoller son chiffre d'affaire et embauche aujourd'hui 25 personnes dont trois coiffeurs français dans son salon de Miami.
 « Le plus dur, c'est de ne jamais s'arrêter : là-bas, on travaille sept jours sur sept. Mais je ne regrette rien : ouvrir un salon, c'est apprendre le plus possible et s'enrichir culturellement ! ». Si Philippe a souvent la visite de clients alsaciens de passage à Miami, il n'envisage pas de prendre la nationalité américaine, une question qu'on lui pose souvent. « Je vais essayer de faire tourner cette roue le mieux possible, mais aussi de m'en détacher un peu pour enfin vivre. Mais, si je dois un jour rentrer en France, ce ne sera pas un problème ! »

Hervé Keller

 

<<

 

Un clic de souris pour un coup de ciseau

     C'est un coiffeur à la pointe. Des ciseaux, d'abord : depuis ses débuts dans la profession, Philippe Koehler a remporté une ribambelle de prix nationaux et internationaux - meilleur apprenti de France en 2002, il a entre autres décroché la médaille d'or aux Olympiades des métiers en 2003 et été couronné champion d'Europe en 2005. Il a même créé les coiffures du Roi Soleil, la comédie musicale à grand succès de Kamel Ouali. A la pointe du progrès, ensuite : son salon haguenovien du Marché-aux-Grains est le premier en France à proposer à ses clients de réserver par internet. Le concept a été importé des États-Unis par le jeune chef d'entreprise de 26 ans, où il l'a développé dans le salon qu'il a ouvert il y a deux ans à Miami.
C'est que contrairement à ce qu'on pourrait penser, le service n'est pas évident à mettre en place. Un exemple : s'il faudra une heure à tel(le) employé(e) pour réaliser une coupe donnée, Philippe Koehler n'aura besoin que de trois quarts d'heure pour assurer la même prestation. Du coup, paramétrer un logiciel capable de gérer le planning à la minute près tient presque de la haute couture.
Désormais, en se connectant au site www.koehlercoiffeur.com, les clients du salon haguenovien peuvent préciser les caractéristiques de la coupe qu'ils souhaitent (longueur des cheveux, couleur, mèches, brushing, etc.) et, s'ils le veulent, choisir leur coiffeur. La réservation leur est ensuite confirmée par courriel.
Le service sera bientôt disponible également pour les clients du salon « historique » de Reichshoffen, d'où est originaire la famille Koehler. Et, top du top, une application pour iPhone devrait bientôt voir le jour.


 dna 29 août 2010

 


Dernières Nouvelles d'Alsace  Haguenau      le 18/11/2010 05:08

Antoine Koehler remporte les championnats du monde de coiffure

Sa plus belle coupe

     Antoine Koehler, 18 ans, étudiant au lycée Siegfried de Haguenau, a remporté les championnats du monde de coiffure qui se déroulaient à Paris du 6 au 8 novembre. Pas fier du tout, il se compare avec humour à un autre champion...

   « Maintenant, je suis comme Sébastien Loeb », sourit Antoine Koehler qui a remporté le titre suprême en individuel et par équipe au championnat du monde de la coiffure, à Paris. Elève au lycée Siegfried « en quatrième et dernière année d'études », le jeune Haguenovien marche dans les pas de son grand-père Charles qui a été coiffeur à Reichshoffen, de son père Michel, « meilleur ouvrier de France » et de son frère Philippe, « entraîneur de l'équipe de France de coiffure ». Ses trois mentors.

Antoine s'est fait la main en multipliant les compétitions

      « Quand j'ai commencé, l'objectif était clairement de participer à ces championnats du monde », explique-t-il. Plein d'ambition, Antoine s'est fait la main en multipliant les compétitions. En 2008 au salon « Mondial coiffure beauté » à Paris, il a « tout gagné » ce qui lui a permis d'intégrer l'équipe de France de coiffure. En 2009, il a été sacré champion d'Europe à Athènes « en individuel et par équipe » puis champion de France à Paris. En février 2010 aux championnats d'Europe à Moscou, il a encore « tout raflé ».
 De quoi mettre le jeune homme en confiance pour les championnats du monde disputés dans la catégorie « technique dame » avec une coiffure qui n'a « rien à voir avec ce qu'on voit dans la rue ».
 Effectivement, l'œuvre présentée sur la tête en plastique plantée de cheveux naturels s'apparente plus à une sculpture. La coupe est faite « de parties courtes qu'on plaque et de parties longues qu'on éclate », la couleur est « blanche avec des dégradés de violet, légèrement orangés ». Avant d'arriver à ce résultat qu'il juge « créatif et moderne », Antoine a passé des centaines d'heures à s'exercer « pour que chaque geste devienne précis et rapide ».
 Aujourd'hui, le petit prodige de la coiffure est fier de son modèle qu'il a pris des dizaines de fois en photo. Mais il ne se vante pas et préfère rester discret sur son succès. « C'est plus classe », assure-t-il faisant encore référence à « la modestie de Sébastien Loeb ».
 C'est la mallette à outils d'Antoine, parsemée d'autocollants rapportés de Grèce, de Russie... qui parle le mieux de ses victoires à travers le monde. A l'intérieur, il range ses ustensiles fétiches. « J'ai des ciseaux dont je ne pourrais pas me passer parce qu'ils sont faits à ma main », explique-t-il. « C'est comme Sébastien Loeb, si vous lui enlevez sa C4 pour lui donner une autre voiture, ça ne sera plus pareil. » De sa poche, il sort un peigne « en carbone » dont il ne se sépare jamais et montre aussi un sèche-cheveux « qui chauffe à 130  degrés ».
 A seulement 18 ans, Antoine est déjà un grand pro. En apprentissage dans le salon de son père à Reichshoffen et celui de son frère à Haguenau, il préfère coiffer « les dames » qui lui permettent de « s'éclater » mais « sans faire du trash ou du n'importe quoi ». A la fin de l'année, il passera son brevet d'études professionnelles et préparera les Olympiades des métiers, « le concours le plus difficile du monde ». Ensuite, il partira exercer ses talents sous d'autres latitudes, « peut-être au Japon » ou bien « en Italie ». En route pour d'autres victoires.

Geneviève Lecointre  DNA

 


Le coiffeur Antoine Koehler, imperturbable. Photo Jean-Luc Stadler
Le coiffeur Antoine Koehler, imperturbable. Photo Jean-Luc Stadler 2013

 

Attention les filles, Antoine est jeune et un vrai "winner"

Leipzig FinLIEN VERS FACEBOOCK