DNA publiée le 27/08/2013 à 05:00 |

Reichshoffen Patrimoine -
Un coup de jeune pour les calvaires

La plupart sont réalisés en grès rose, une pierre locale mais friable.
De nombreux calvaires sont implantés à travers la ville ; exposés aux intempéries, ils se dégradent. Afin de les conserver et de les mettre en valeur, la Ville de Reichshoffen entreprend une rénovation systématique depuis plusieurs années.
La rénovation des calvaires de Reichshoffen fait partie d'un plan de réhabilitation sur plusieurs années. Après un état des lieux, le service technique a établi un ordre de priorité s'adjoignant l'aide d'un tailleur de pierres local. C'est ainsi que les calvaires de la rue des Cigognes et du rond-point des Cuirassiers ont retrouvé belle apparence. Ensuite, ce fut le tour de la tombe des zouaves (voir DNA du 13 août) ; un autre calvaire, rue du Faubourg-de-Niederbronn, en limite de propriété, a été enlevé à la demande du propriétaire et transplanté au cimetière, à proximité de l'église. Ce calvaire date de 1912
Plus récemment, c'est celui de la rue d'Oberbronn, face à la gendarmerie et au débouché du chemin du Rebberg qui a bénéficié d'un lifting. Il ne restait que la statuaire de Marie. Ce calvaire date de 1912, pendant la période allemande et a été érigé à la demande de « Michel Rickling et Rosalie von Hatten » mention portée sur le socle et encore visible. Après un nettoyage minutieux de l'ensemble, la statue a été mise en peinture avec pose d'une patine. La partie supérieure du calvaire n'existait plus mais grâce à des photos anciennes, il a été  possible de lui redonner son allure d'antan ; une nouvelle croix en grès des Vosges a été taillée et mise en place. Pour renforcer sa stabilité, deux barres en inox traitées avec un produit hydrofuge, ont été vissées à l'arrière. D'autres calvaires devraient aussi prochainement faire peau neuve.