A la mémoire d'un valeureux soldat

Onze mois après l'inauguration de la brigade de gendarmerie de Woerth, une plaque commémorative a été dévoilée en l'honneur du gendarme Michel Frey qui s'est distingué pendant la guerre de 1870.

 C'est le capitaine Quentin Petit, de la compagnie de Wissembourg qui a ouvert la cérémonie devant un parterre d'officiers, de sous-officiers et de gendarmes de la compagnie de Wissembourg et de membres de la Deutsche Polizei du Palatinat. En présence de Magali Daverton, sous-préfète, du commandant de gendarmerie de la Région Alsace, le général Michel Robiquet, son adjoint, le colonel Jean-Thierry Daumont, du colonel Patrick Touron, commandant la gendarmerie du Bas-Rhin , du colonel Thomas Maechler de la Base 901, du député Frédéric Reiss, des conseillers généraux Bertrand et Fetsch, de nombreux élus de la comcom Sauer-Pechelbronn, des personnalités civiles et religieuses et des membres de la famille du gendarme Michel Frey, le commandant Patrick Kessler, chef de la compagnie de Wissembourg a relaté les événements qui font qu'une plaque commémorative fait partie désormais du paysage à l'entrée de la caserne de Woerth.
 « Le 25 juillet 1870, à 10 h, alors que le gendarme Michel Frey fait boire son cheval au bord de la Sauer, il aperçoit un groupe de cavaliers allemands qui se dirige vers Elsasshausen. Parmi eux, figure le comte Von Zeppelin. Le gendarme Frey rend compte immédiatement à son chef et chevauche au grand galop sur plusieurs kilomètres afin de prévenir le 12e régiment de chasseurs en bivouac à Niederbronn. Sous les ordres du général De Bernis, le 5e escadron se lance à la poursuite de l'ennemi. Après de rudes combats et grâce au soutien de la population, cette unité réussit à capturer plusieurs soldats allemands de la patrouille de reconnaissance ».
 La plaque fut ensuite dévoilée par les membres des Amis du Musée de Woerth. Le commandant Kessler conclut : « Que cette plaque commémorative permette aux hommes de cette unité de puiser dans ses racines historiques les valeurs nécessaires pour affronter sereinement les défis ».
 Les hymnes nationaux allemand, français et européen furent interprétés par la musique Union de Preuschdorf et par la musique de la Polizei allemande après le dépôt d'une gerbe.
 « Donner un nom à une brigade de gendarmerie, c'est lui donner une âme », a déclaré le président du conseil général du Bas Rhin Guy-Dominique Kennel.

DNA Édition du Mer 5 mai 2010