"Les 1ère, 2è, 3è, 4è batteries du 20è se portent au galop sur la crête de terrain face à Woerth et au sud de la route de Froeschwiller à ce village... En arrivant sur leurs emplacements de combat, ces batteries trouvent en face, à cent cinquante mètres, des tirailleurs ennemis qui, suivis de fortes colonnes, gravissent les coteaux, montant vers Elsasshausen et Froeschwiller: en quelques minutes, une pluie de balles et d'obus jettent par terre un grand nombre d'hommes et d'attelages. Sous ces nappes de plomb, qui fouettent le plateau en tous sens, nos pièces se mettent audacieusement en batterie et ne tirent qu'à mitraille. Nos munitions s'épuisent rapidement. La plupart de nos canons ont usé jusqu'à leur dernière gargousse et sont réduits au silence. Les décharges ennemies redoublent et font de cruels ravages; nos meilleurs officiers d'artillerie partagent le sort de leurs soldats et la mort qui menace ou frappe les uns comme les autres, rencontre la même fermeté dans tous. Les batteries perdant chacune, en moyenne, vingt hommes et trente chevaux. Le capitaine Bonnet, blessé à mort, remet à son capitaine en second Bricc, le commandement de la 2è batterie du 20è en lui disant: "Venge-moi, mon ami; feu à mitraille!" Il meurt à l'ambulance le 11 Août à l'âge de 57 ans.

Robert Houdin, capitaine au 1er régiment de Zouaves.

Extrait de l'ouvrage de Dick de Lonlay Vol.I pages 157-158.

 

mémorial bataille 6 août 1870 à Woerth

 lien: petit-patrimoine.com