le Musée Historique et Industriel de Reichshoffen   7, rue Jeanne d'Arc Reichshoffen 67110


Le Musée Historique et Industriel propose une évocation de l'histoire de Reichshoffen à travers les âges, depuis la préhistoire jusqu'à l'époque moderne, époque essentiellement liée à l'évolution de l'industrie du fer.

Il est installé depuis 1993 dans l'ancien presbytère catholique. Grande bâtisse construite en 1759 à la même époque que l'église et qui était alors la maison du Bailli. L'immeuble a été acquis par la ville de Reichshoffen en 1819.

Un parcours chronologique à travers ce bâtiment permet de découvrir sur trois niveaux :
une évocation du Paléolithique à l'âge du Bronze ; l'évolution de l'artisanat gallo-romain dans la région; le travail de la céramique, de l'os, du bronze et du fer ainsi que la circulation monétaire, les rites funéraires, la religion et la vie quotidienne de l'époque ;

· l'histoire de Reichshoffen du Moyen Age à la Révolution française, les premiers hauts-fourneaux et les forges de l'ère industrielle ;

· l'industrie du fer aux 19e et 20e siècles avec les principales productions des usines De Dietrich de la région ainsi que l'implantation de nouvelles entreprises.


source: plan-guide de la Société d'histoire de Reichshoffen et environs

 

Possibilité d'acquérir revues, cartes postales, livret guide détaillé, documentation..

 

Exposition temporaire au Musée du Fer
du 17 mai au 14 juillet 2014.

Peinture d’acier de Pierre GANGLOFF
Dimanche 25 mai, visite commentée de l’exposition par l’artiste à 15h et 16h30.

- plein tarif : 2,50 €
- tarif réduit : 1,70 €
Bénéficiaires des réductions
Groupes de plus de 10 personnes, étudiants,
Gratuité pour les moins de 14 ans
Carte d’accès permanent au musée pour l’année : 4 € Prix des visites guidées, conférences, animations : 16 €
par groupe (18 pers max.)
Billet groupé avec un autre lieu ou manifestation : 3,40 € avec entrée à la Maison de l’Archéologie de Niederbronn-les-Bains.
Renseignements :
au musée     Tél. 03 88 80 34 49
à la Castine Tel. 03 88 09 67 00       
                    Fax 03 88 09 08 76

.situation du Musée historique et industriel de Reichshoffen " musée du fer "

 liens
                                 
le dossier de la DRAC              le site officiel du musée   -2-                l'association des Musées d'Alsace           

 

 

REZ - DE - CHAUSSEE

 

Reichshoffen du Moyen-Âge à la Révolution Française

Salle 1

2 - Caisson lumineux relatant l'histoire de Reichshoffen (documents)

3 - Maquette du château-fort des Ochsenstein

5 - Bornes armoriées

6 - Maquette du château de plaisance actuel

 La forge artisanale et la forge industrielle

Salle 2

3 - Reconstitution d'une forge maréchale

Salle 3

La sidérurgie dans les Vosges du Nord

2 - Echantillons de minerai ...

6 - Maquette du haut-fourneau de Jaegerthal

9 - Maquette de la forge industrielle : le martinet

10 - Les outils de la forge

11 - Production d'objets en fonte (plaques de cheminées ou de poêles, vases de jardin...)

15 - Coffre-fort à six fermetures

 

SOUS - SOL

du Paléolithique à la Période Gallo-Romaine

Salle 1

2 - Maquette d'abri naturel du Paléolithique

4 - Maquette d'un habitat du Néolithique

6 - Rasoir en bronze et urne funéraire de l'époque du Bronze Final

Salle 2

1 - Travail de la céramique (.ratés de cuisson)

2 - Objets en fer et en bronze

3 - Fabrication d'objets en os

4 - Le commerce et la monnaie sous l'empire romain du 1er au 4ème siècle.

Salle 3

Religions et rites funéraires

3 - Urne et statuettes d'Eros et d'Apollon en bronze

4 - Stèles dédiées à Mercure

Salle 4

La vie quotidienne des Gallo-Romains

1 - Maquette d'un habitat de potier

6 - Récipients divers (cruches, ...)

7 - Céramique commune

8 - Céramique de luxe

9 - Objets en verre et parures (fibules, bracelets bagues, perles...

 

1er ETAGE

L'industrie du fer aux XIXe- et XXe- siècles

Les transformations et les innovations du 19e siècle.

3 - L'usine de Zinswiller
la poterie : marmites, poêlerons, fait-tout.. le repassage: fers, poêles de repasseuse, plaques de poêle (divers décors).

4 - L'usine de Niederbronn
Le moulage de la fonte de 2eme fusion Objets d'art profane et religieux

6 - L'usine de Mertzwiller
Poêle "Alsace-Lorraine" Poêle vosgien...

7 - Evocation de fa guerre de 1870

8 - L'usine de Lunéville

9 - L'usine de Mouterhouse (matériels agricoles)

10 - La forge de Reichshoffen
Maquette d'un wagon citerne Maquette d'un bogie

14 - Nouvelles implantations d'usines au 20e siècle: SOMECA TRECA - STAL Ferronnerie-tôlerie SCHLOSSER COGIFER

 

 

  détail de la forge musée historique de Reichshoffen

 vue sur la maquette de la forge au musée historique de Reichshoffen


Les dimanches 22 juin et 24 août 2008, de 14h à 18h
Fabrication d'un couteau damassé par Thierry Stumpf de Mattstal à l'aide de sa forge installée devant le musée.

 

Fabrication d'un couteau damassé par Thierry Stumpf de Mattstal

Thierry Stumpf  et Bernard Rombourg
Thierry Stumpf  son assistant et Bernard Rombourg

Bernard Rombourg
à voir et à écouter   vidéo       et encore

Bernard Rombourg président de la société d'histoire de Reichshoffen et conservateur du musée de Reichshoffen
a présenté, samedi le 20 septembre 2008 durant 3 heures et à une centaine de personnes, la Ville de Reichshoffen  et
le "Erneuerungsprotocol" (1681) lors de la journée du patrimoine

 


le centre de Reichshoffen en 2008

 


le Musée du fer ou Musée historique et industriel de Reichshoffen en avril 2014

 

Reichshoffen musée historique du fer aérienne
Situation au centre ville du Musée Historique et du Fer de Reichshoffen                   Photo Marilyne Nicola  juillet 2016

 

 

lu dans le numéro 34 de la Revue mars 2014 de la
Société d'Histoire et d'Archéologie de Reichshoffen et Environs

Editorial
 

par Jean-Louis Grussenmeyer

A propos de bénévolat
Dans la presse quotidienne, les lettres de lecteurs apportent souvent des informations pertinentes et surprenantes.
Ainsi, dans une édition des DNA du 7 décembre dernier, avons-nous découvert le courrier d'un abonné qui venait fort à propos, alors que le débat sur la reconnaissance des bénévoles ne cesse d'animer et parfois d'envenimer nos conversations.
Ce débat-là est de toutes les saisons. Notre Société d'Histoire n'y échappe pas.
« L'Activus benevolus » ainsi mis en scène dans la lettre du lecteur serait-il en confrontation avec les détenteurs de certitudes, bardés de « ya ka, faut qu'on et il faut » ?
En proie au découragement devant les refus, le bénévole actif serait alors, in fine, menacé d'extinction.
Traqué par les champions de la « certitude immobile », le bénévole actif risque dès lors de se réfugier définitivement devant la télévision, chaussé de pantoufles toutes neuves !
Telle est la scène qui nous est décrite. Ces quelques lignes ont fait le tour des comités et de très nombreux adhérents des amicales, associations de la région. Chacun d'entre nous a bien évidemment interprété le nécessaire « sauvetage de l'activus benevolus » à l'aune de ses expériences personnelles.
N'avons-nous pas tous été un jour tour à tour déménageur, caissier, tireur de bière, balayeur, porteur de casiers à bouteilles... dans divers moments de notre vie associative ? Sans ces volontaires sachant (presque) tout faire à tout moment, les associations seraient bel et bien éteintes.
La première réflexion est de mettre une nouvelle fois au grand jour l'énergie déployée par tant de femmes et d'hommes animés Juste par une passion de jouer un rôle dans la société, d'agir en petit groupe pour le bien d'un plus grand groupe.
Non, ce n'est pas leur travail gagne-pain. Après le boulot, pendant les jours libres, les bénévoles se remettent au boulot !
Le regroupement sous la forme associative permet de trouver un cadre juridique autorisant des actions légalement reconnues. La seconde réflexion est d'ordre matériel. Dans un monde aujourd'hui gouverné par des règles de coût, de compte d'exploitation, de rendement exigé jusque
dans la sphère de l'administration, des groupes de personnes œuvrant avec acharnement et jusque tard le soir « pour rien », c'est à dire sans salaire ni compensation matérielle, peut choquer, voire même inquiéter.
En effet, parallèlement aux bénévoles, on trouve souvent des professionnels diplômés, formés, parfois performants.
La structure qui les emploie leur assigne pour tâches rendement et résultat visible. Le culte de l'agenda bien rempli !
Comment dès lors gérer un parallélisme qui se trouve être, en réalité, antinomique ?
Les bénévoles sont, eux, riches de leur expérience, de leur connaissance du terrain. Ils savent jauger et évaluer les gens, les actes, les lieux.
Les premiers sont souvent totalement dépourvus de complexe, les seconds ont parfois du mal à faire valoir leur juste raison d'être.
A bien y regarder, ce mécanisme est applicable aux associations sportives et de loisirs, aux ensembles culturels. Je n'affirme pas qu'il y a toujours conflit.
Mais ces confrontations génèrent souvent des conflits ! Les sociétés d'histoire n'y échappent pas. A l'échelle de la région, nombre de nos collègues se plaignent d'être ignorés, voire mis de côté, lors des grandes décisions. Mais convoqués illico au premier rang pour des tâches que les «ya ka, faut qu'on » ne peuvent assumer.
Répartir les rôles et s'y tenir
Pour ce qui concerne le musée de Reichshoffen, que la Société d'Histoire et d'Archéologie de Reichshoffen et Environs a porté sur les fonts baptismaux, des échanges parfois vifs entre bénévoles et professionnels du Parc ont pu avoir lieu à plusieurs occasions ! Le premier magistrat de la ville peut dans ce cas offrir ses bons offices.
Des futures discussions pour une convention sur la répartition des rôles et des zones d'action entre les quatre partenaires .devraient atténuer tout malentendu :
- la Ville, propriétaire des bâtiments et des collections,
- la Société d'histoire, chargée de mettre en valeur les collections et de faire connaître les richesses historiques par des visites guidées et des publications,
- l'ACR (Association Culturelle de Reichshoffen) pour la gestion du personnel et de la comptabilité,
- et le SYCOPARC, syndicat de coopération pour le Parc naturel régional des Vosges du Nord et son Service de la conservation des musées. Ce dernier chapeaute dix musées dans le Parc, leur conférant un statut de sérieux et de rigueur.
Ainsi les Jalons seront posés, et les rôles bien répartis. « Bene volens », l'origine du mot bénévole, en appelle alors au respect mutuel et à la bonne volonté de ..tous !